Portail du système national d’innovation tunisien | INNOVATION.TN

Comment créer une entreprise innovante en Tunisie ?

Comment créer une entreprise innovante ?

Toute idée est bonne à condition qu’elle soit portée par un bon promoteur pour former le bon couple promoteur-projet. Pour cela, un innovateur créatif doit se poser la question s’il dispose du profil entrepreneurial et notamment des cinq compétences entrepreneuriales: l’association, le questionnement, l’observation, le réseautage et l’expérimentation, qui distinguent un créateur réellement créatif d’un créateur classique.

 

Quatre phases sont nécessaires à la création d’une entreprise innovante :

 

Phase 1 : maturité

Cette phase est celle de l’identification de l’opportunité (l’idée) qui se fait d’habitude dans le laboratoire de recherche scientifique. Ainsi, le chercheur, en collaboration avec l’équipe de projet, étudie la faisabilité technico-économique de l’innovation et anticipe le marché réel (proof of relevance) du nouveau produit (bien ou service), d'un nouveau procédé de fabrication, d'une nouvelle méthode d’organisation du travail ou d'un nouveau mode de commercialisation du produit. Les techniques utilisées dans cette phase relèvent d’une discipline empirique appelée transfert de technologie.

A ce stade sont décrits les modes de financement appropriés : Prime d’incitation à la recherche et au développement (PIRD), Valorisation des résultats de la recherche (VRR), etc.

 

Phase 2 : Incubation

Durant cette phase, le chercheur ou l’innovateur développe un prototype. La validation de ce prototype passe par des essais documentés et validés par des professionnels (preuve de concept) au sein d’un centre de transfert de technologie ou au sein d’un incubateur, qu’il soit privé ou public (pépinières d’entreprises, incubateur de l’université privée « Esprit », IntilaQ d’Ooredoo et de Microsoft avec le Fonds QFF), ou au sein d’un accélérateur (Wiki Start Up, etc.).

Dans cette phase, le chercheur ou l’innovateur aborde l’aspect fonctionnel et esthétique puis la protection du prototype pour disposer d'un brevet qui va par la suite l’évaluer pour représenter une partie de son actif. Le créateur doit dans cette phase décrocher la confiance d’un premier client, qui servira de témoignage pour susciter l’intérêt d’autres clients.

Durant cette phase, des mécanismes de financement sont appropriés : fonds propres de l’innovateur,  love money (argent de la famille),  Business Angels, etc.

 

Phase 3 : Création-amorçage

Dans cette phase, le chercheur ou innovateur devient un créateur d’entreprise par la création de sa start-up au sein d’une pépinière d’entreprises. Durant cette période d’hébergement, le créateur développe, avec les experts de la pépinière, une étude de marché qui aboutira à un plan marketing définissant la stratégie de commercialisation de la nouvelle entreprise.

Les mécanismes de financement appropriés pour cette étape sont les Business Angels, le fonds de pré-amorçage, les fonds d’amorçage publics (Fonds Ikdam Gestion) et le Fonds commun de placement à risque IN'TECH (géré par la Sages Capital), et les fonds d’amorçage privés  : Phenicia Seed Fund, CAPITALease Seed Fund, Start-up FactoryFund, prêts d’honneurs, crowdfunding, etc.

 

Phase 4 : Croissance et développement

Durant cette phase, l’entreprise entamera la production en série.

Le financement adéquat pour cette phase est le Fonds de promotion et de décentralisation industrielle (Foprodi), le Régime d’incitation à la créativité et à l’innovation dans les domaines des technologies de l'information et de télécommunication (RIICTIC.),IN'TECH, les Sociétés d’investissement à capital risque (Sicars), la Banque de financement des petites et moyennes entreprises (BFPME), les banques commerciales, etc.

Pour plus de détails vous pouvez consultez le Guide pratique pour réussir le lancement de sa Start-up innovante